Plan National d'Actions

en faveur des Maculinea

Contexte

Dès 2011, le Ministère en charge de l'écologie s'est engagé dans la réalisation d'un Plan National d'Actions en faveur des Maculinea, papillons de jour à la biologie complexe, dépendante de la présence de plantes-hôtes, sur lesquelles les chenilles vont réaliser une partie de leur développement, mais également de fourmis-hôtes, dans les fourmilières desquelles elles vont achever leur cycle. Ces particularités biologiques et écologiques font des Maculinea des espèces particulièrement fragiles. Elles sont menacées à des degrés divers sur le territoire national. La mise en oeuvre du Plan National, coordonnée par la DREAL Auvergne, a été confiée à l'OPIE. Celui-ci prévoit la déclinaison en régions des actions nécessaires à la préservation des Maculinea. En Limousin, la Société Entomologique du Limousin s'est vu confier le rôle d'opérateur régional du Plan Maculinea.


Résultats

Les premières actions engagées en 2012 ont permis de dresser le bilan des connaissances et d’actualiser les données sur les stations connues en Limousin. Ce bilan a fait ressortir la disparition de Maculinea alcon sur près de la moitié des stations connues, l’espèce ne subsistant plus que dans 8 stations. La recherche de nouvelles stations est donc apparue essentielle afin de préciser le niveau de menace pesant sur ce taxon.

En 2013, l’essentiel des actions du plan régional a donc été orienté vers la recherche de la présence de Maculinea alcon alcon sur les sites à Gentiane pneumonanthe (plante hôte de l’espèce) référencés dans la base du Conservatoire botanique national du Massif Central. Pour la saison 2014, les actions ont consisté à rechercher Maculinea arion et Maculinea alcon sur des stations où les papillons n’avaient pas été retrouvés malgré la présence d’habitats favorables, ou à explorer des secteurs paraissant très favorables à leur présence.

Depuis le début du plan, aucune observation de Maculinea arion n’a été réalisée dans les habitats sur substrat acide, en particulier sur la montagne Limousine. Si l’une des hypothèses est la très petite taille des populations, ponctuelles, à effectifs très faibles, la fermeture du milieu et la disparition des habitats favorables à l’espèce, en particulier consécutive à l’enrésinement ou l’enfrichement est sans doute à mettre en avant. Ce constat est particulièrement évident à l’échelle du plateau de Millevaches, qui, s’il était autrefois dominé par habitats ouverts, tend vers une couverture forestière prédominante. La recherche de nouvelles stations de Maculinea alcon à partir des stations de Gentiane pneumonanthe issues de la base de données du CBNMC n’a permis de découvrir que deux stations inédites de Maculinea alcon. A l’heure actuelle, sur la quinzaine de stations limousines connues pour avoir hébergé une population de Maculinea alcon, seules neuf abritent encore le papillon.


Porter à connaissance

Une plaquette de communication a été réalisée par la S.E.L. dans le cadre du plan régional d'actions. Elle est destinée à mieux faire connaître les Maculinea et à sensibiliser le public et les gestionnaires à l'urgence de préserver ces espèces.